Avertir le modérateur

13/03/2007

Réalisateurs étrangers, bienvenus chez vous !

Après le tourisme médical et le tourisme spirituel, l’Inde cherchait un nouveau moyen d’attirer les étrangers sur son territoire. Lundi, elle a peut être trouvé la nouvelle poule aux oeufs d'or. Lors d’une réunion spéciale à la Lok Sabha - l’équivalent de notre Assemblée nationale - le ministre de l’Information et de la Diffusion, Priya Ranjan Dasmunsi, a présenté un nouveau plan : faire de l’Inde la destination à la mode pour le tournage de films. Le concept de « tourisme cinématographique » est né.

Pour se faire, les autorités promettent de simplifier les délais d’attente pour les formalités administratives d’entrée sur le territoire. Objectif : passer de plusieurs mois actuellement à seulement trois petites semaines. Une réduction des délais synonyme de gros efforts administratifs pour l’énorme machine bureaucratique indienne. Mais certains sont optimistes : « Dans les mois qui viennent, l’Inde pourrait voir arriver de nombreux réalisateurs en quête de l’image juste », écrit le Deccan Chronicle dans son édition de mardi.

 

medium_brad_jolie_small.jpg(Balade en rickshaw pour Brad Pitt et Angelina Jolie lors du tournage de "A mighty heart")


Ces dernières années, plusieurs grosses productions hollywoodiennes ont été tournées en Inde, à l’image de The Bourne Supremacy (La Mort dans la peau) avec Matt Damon, ou récemment, A mighty heart avec Angelina Jolie et Brad Pitt. Le film, basé sur le livre de Mariane Pearl, raconte le calvaire de Daniel Pearl, reporter du Wall Street Journal, décapité au Pakistan quatre semaines après son enlèvement en 2002. Sortie prévue sur les écrans français le 19 septembre 2007.


medium_shantaram_small.jpg Le prochain film de la réalisatrice indienne, Mira Nair, aujourd’hui basée à New York, sera également tourné à Mumbai dans les prochains mois. Mira Nair s’attaque au célèbre roman Shantaram, écrit par Gregory David Roberts, sorte de parcours initiatique d’un cocaïnomane australien dans les bidonvilles indiens.

 

 

medium_acteur_indien_small.jpg

À l’affiche, la star de Bollywood, Amitabh Bachchan et  Johnny Depp.

 

 

 


 

 

 

 

Mais cet appel du pied des autorités indiennes aux réalisateurs étrangers aura bien sûr quelques limites. Il ne faut pas oublier qu’en Inde, la censure se porte plutôt bien (A ce sujet, lire ce post).


Premier problème : le tournage dans des endroits dits « sensibles ». « Si par exemple le réalisateur veut aller tourner dans l’Etat du Jammu et Cachemire, dans le nord-est indien - où sévissent les rebelles marxistes naxalites -, ou aux différentes frontières du pays, les dossiers seront étudiés en coopération avec le ministère de l’Intérieur. Cela prendra plus de temps », a ainsi expliqué Priya Ranjan Dasmunsi.


Autre point expressément précisé par les autorités indiennes : les autorisations de tournage pour des films qui traiteront de sujets polémiques seront « très longuement étudiées », dixit Priya Ranjan Dasmunsi. Entre autres exemples donnés par le ministre de l’Information : « Les questions communautaires, les droits de l’homme, les populations tribales, le nucléaire, les questions de défense et tout autre sujet considéré comme provocateur ou sensible ayant trait au domaine économique, social et politique du pays. » Réalisateurs étrangers, bienvenus chez vous ?

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu