Avertir le modérateur

20/03/2007

Messieurs, passez votre chemin !

Après Dubai, Moscou et Téhéran, Mumbai cède à la mode du taxi féminin. Depuis une semaine, une flotte de taxis réservés aux clientes femmes roulent à Mumbai. Particularité de ce nouveau service : les conducteurs sont des conductrices.

 

medium_taxi_mumbai_small.jpgCes taxis sont facilement reconnaissables : au lieu du traditionnel habillage jaune et noir, les taxis féminins sont blanc et argent. Ils arborent le logo Forsche, mélange subtil entre le nom d'un célèbre constructeur automobile allemand et l'expression anglaise «for she» (pour elle).

 

 

 

À l’intérieur de la voiture, tout est prévu pour que les clientes se sentent bien : grands miroirs, maquillage et porte-revues.

 

Ravathi Roy, ancienne pilote de rallye amateur, est à l’origine du projet. Son but ? Protéger les femmes des regards déplacés et des agressions. Dans la capitale économique, de nombreuses femmes sont amenées à voyager seules, rompant ainsi avec le rôle traditionnel de la femme. « De nombreuses femmes détestent qu'un chauffeur de taxi les reluque dans le rétroviseur », souligne Ravathi Roy. Seuls clients masculins autorisés dans les « Forsche », les enfants de moins de 12 ans. Ravathi Roy prévoit de développer ce genre de service dans d’autres villes du pays.

 

medium_taxi_londres_small.jpg

 

 

 

En Europe, les Anglais s’y sont mis depuis un an. Dans la capitale, on trouve les « Pink Ladies Cabs ». Difficile de les ignorer : de couleur rose, ces taxis réservés aux femmes sont aussi conduits par des femmes.

 

 

 

 

 

 

medium_brésil_taxi_small.jpgAu Brésil, la règle s’applique aux métros. Un adhésif rose sur une voiture de métro ou des trains de banlieue de Rio signifie que le wagon est réservé aux femmes.

 

Objectif : éviter le harcèlement sexuel et les attouchements indélicats quand les métros sont bondés.

 

Dans la ville de Goiania, la mairie va mettre en place un service de bus uniquement féminin. « Les jolies femmes de Goiania subissent constamment des intimidations sexuelles dans nos bus bondés. Les hommes ne semblent pas pouvoir se contrôler », a expliqué l’élu local Mauricio Beraldo, à l’origine du projet.

À Téhéran, on craint moins les agressions que la promiscuité entre les deux sexes dans les taxis collectifs. La flotte de taxis « The Ladies’ Safe Trips » a été lancée au début d’année.


Quant à savoir si tout ça représente ou non un progrès, je me pose la question. Le débat est ouvert !

Commentaires

Bonjour,

C'est marrant, un truc que je viens de décrouvrir merci !

Mais qu'en penser ! Progrès ? nécessité ?

Vu comme nous les hommes pouvons réagir je pense qu'il n'est pas plus mal que ces taxis, bus, métro existent, apres tout, les gens voyages pour se déplacer et surement pas 'toutes - tous' pour se faire tripotter !

C'est un peu domage de ne se retrouver entre hommes dans un métro, mais bon si cela permet a nos cheres moitié d'etre plus sereines AMen !

a +
bbd

Écrit par : bbd | 20/03/2007

Bonjour,

Cela s'appelle de l'apartheid...

Même en Suède, ils ont, hélas, cette idée qui confirme qu'il n'y a aucun moyen de protéger les femmes qu'en les isolant...

Très, très grave, anti-démocratique. Une défaite, c'est une défaite.

Je suis farouchement contre, ce phénomène pourrait finir par s'appliquer à toute la société dans son ensemble. Je suis sûre que l'énorme majorité des hommes qui se conduisent respectueusement doivent détester cette mesure autant que moi.

Je ne me vois pas évoluer dans un monde où les seules rencontres que je pourrais faire avec une moitié de l'humanité se réduiraient à la rencontre amoureuse.

Et puis non ! C'est impossible d'accepter qu'on ne puisse endiguer la violence de toute nature, à l'égard des femmes, qu'en les parquant...

Vous vouliez un avis, c'est le mien ;-)

Écrit par : Jirb | 20/03/2007

En réponse à Jirb. Je suis comme vous, je respecte les femmes. Seulement, quand un imbécile leur tripote les fesses dans le bus bondé, est-ce que les autres hommes réagissent ? Je ne pense pas, en tout cas, pas dans le grandes villes comme Paris.
Alors que font-ils ces imbéciles ? Ils recommencent, encore et toujours. Et quand des mesures doivent être prises, on ne peut pas trop la ramener étant donné notre passivité passée. C'est un peu comme les merdes de chiens. Tout le monde se plaint, mais tout le monde se ferme la gueule quand qqun ne ramasse pas ses merdes. J'ai vécu 28 ans au Canada, les gens ont de très gros chiens qui font de très grosses merdes, mais les trottoirs sont nickels. Pourquoi ? Pas parce que les gens sont bons citoyens de facons innée, mais parce que s'il ne la ramasse pas, vous pouvez être sûr à 100% que qqun va intervenir. Donc faut pas s'étonner qu'à laisser courir, un jour où l'autre des mesures seront prises.
N.B: Oui, je m'engueule souvent avec les crocs-magnons qui promènent leur chien et qui ne ramassent pas.

Écrit par : Stef | 20/03/2007

Avec ce type de raisonnement on aboutit à la société de ségrégation totale qu'évoquait Jirb. S'il faut protéger les femmes utilisant les transports en commun des comportements indélicats voire violents en séparant totalement hommes et femmes, alors autant aller au bout de la logique et établir un couvre-feu interdisant aux hommes de sortir douze heures par jour, il faut interdire le concubinage dans le cadre duquel l'homme est susceptible de molester voire de tuer sa compagne, etc. Au bout du compte ce sont les femmes qui en subiront les conséquences parce que, qu'on le veuille ou pas, c'est la gent masculine qui détient le pouvoir dans la société, même si celui-ci est contesté et même s'il s'est restreint dans les sociétés occidentales, et la gent masculine trouvera une solution qui arrangera tout le monde : d'abord en excluant la femme de l'espace public puis, comme il faut bien qu'elles sortent de temps en temps, en la couvrant d'une burqa.

En outre la démocratie ça n'est pas la juxtaposition de groupes n'ayant aucuns rapports entre eux autre que d'indifférence polie mais l'affrontement contradictoire et souvent désagréable avec l'altérité sociale, intellectuelle...Cette logique qui consiste à isoler les victimes réelles ou supposées de la société induit la destruction de la démocratie puisque, d'une manière ou d'une autre, chacun est une victime de la société. En effet, mis à part les mâles blancs d'origine héxagonale ancienne hétérosexuels issus des classes supérieures de la capitale et diplômés de grande école issus d'une famille catholique à particule valides âgés de plus de 30 ans et de moins de 50, à part cette catégorie de Français à peu près tout le monde peut se présenter comme une victime de la société. Outre qu'on peut légitimement se poser la question de savoir à quoi correspond une société dont 99 % des membres se pensent comme ses victimes et à peu près aucun comme ses membres intégrés et actifs, je ne vois pas comment une telle société peut accoucher d'autre chose que d'un Etat autoritaire de ségrégation d'individus réduits à être gérés comme des cheptels de moutons inconscients...

Écrit par : Vincent Carel | 21/03/2007

Quelle horreur ! C’est le contraire de la civilisation, dont le but est que tous puissent vivre ensemble !
Bbd, moi qui également suis un homme, je n’ai jamais tripoté personne dans le métro, ni ailleurs, sauf consentement d’une jeune femme connue depuis assez longtemps ! En semblant trouver ça inévitable, tu permets à ceux qui le font de continuer avec la conscience tranquille. Ceux qui se comportent ainsi ne sont pas « nous les hommes », comme tu l’écris, mais certains hommes dont les autres n’ont pas à se sentir solidaires.
En réponse à Stef, je ne suis jamais intervenu en voyant un homme mettre la main aux fesses d’une femme, pour la bonne raison que je ne l’ai jamais vu. Par contre, je suis intervenu avec une barre de fer lors d’un viol, seul contre trois. Et je pense que ça m’autorise à dire que, avec les mêmes organes et probablement les mêmes besoins sexuels, chaque homme reste libre de choisir son camp. On peut « en avoir » et le prouver autrement qu’en enfreignant les règles sociales. La lâcheté, comme la possession de deux testicules et d’un organe assorti, ne fonde aucune excuse ni à ses propres comportements, ni à ceux des autres.
Ton exemple du Canada prouve d’ailleurs que les comportements asociaux que nous constatons dans notre pays ne sont pas inévitablement liés à la nature humaine (dont nous ne sommes pas collectivement le modèle le plus pur), mais à l’éducation.
En réponse à Vincent, je n’aurais pas évoqué la démocratie à ce sujet, car je pense qu’on peut être civilisé sans vivre en démocratie et même sans être démocrate soi-même, mais je suis parfaitement d’accord avec ton opinion selon laquelle une société qui isole les victimes, à leur demande ou non, au lieu d’isoler les coupables est une société malade. Faut-il faire voyager séparément les parents et les enfants au motif que pour certains parents il est normal de tripoter leurs enfants ? Ou faut-il plutôt agir au niveau des parents ?

Écrit par : Guillaume | 21/03/2007

Non mais quelle imbécilité !!
Sous prétexte d'une fausse bonne raison provoquée par une minorité de pauvres types, on trouve une nouvelle fois l'occasion d'un immense retour en arrière dans un monde où bientôt le politiquement correct sera le seul langage reconnu...

Le problème est que ce genre de décisions se prend de plus en plus et pour quasiment tout et n'importe quoi, avec toujours ce dénominateur commun: supprimons, interdisons, découpons cette société de moutons déresponsabilisés en tranches bien propres.
La confiance, la responsabilisation dans nos comportements sont bien sûr des choses bien plus difficiles à mettre en place.

A l'occasion, (re) visionnez Brazil et repondez à cette question:
Depuis la dernière fois que j'ai vu ce génial film, est-ce que notre société tend à y ressembler davantage ?

Je crains que oui...

Écrit par : Seb | 21/03/2007

@Tous.
Merci pour vos commentaires. Le débat est intéressant mais je m'étonne d'une chose : pourquoi les commentaires laissés sur ce post sont-ils tous masculins ?
Si vous avez la réponse, n'hésitez-pas !

Écrit par : L'Indépendante | 22/03/2007

Bonjour,

je reviens sur le sujet :)

effectivement que des hommes ! faut dire que ca va nous perturber un max de se retrouver seuls un jour dans un métro ou un bus !!

Par contre c vrai, on dit rien pour les crottes de chiens, des fois je me retiens faudrait que je tente le coup un jour !

Du courage du courage c'est ce qui nous manque !

pfeuuu que sommes nous devenus !

bbd

Écrit par : bbd | 22/03/2007

quel beau débat sur la question est ce qu'il faut séparer les hommes des femmes ? a vous mesdames la parole , moi , je dis non .....mais certains hommes parfois se comporte mal , heureusement que ce n'est pas la majorité dieu merci .

Écrit par : fatima | 22/03/2007

Tous les commentaires n’étaient pas masculins au moment où l’Indépendante l’a écrit : Jirb (2° commentaire) est une femme, à en croire l’accord de « sûr » au 5° paragraphe et ce qui est sous-entendu par le paragraphe suivant.

Quant au fait de savoir pourquoi la plupart des commentaires sont de provenance masculine, je me demande si c’est lié au sujet ou au type de lectorat de ton blog d’une façon générale. Y-a-t’il une proportion supérieure de commentatrices tous sujets confondus ?

A propos du métro entre hommes : il y a aussi des hommes qui mettent la main aux fesses des hommes… Alors il va falloir inventer le métro individuel.
Je comprends que certaines préfèrent les transports séparés. Pourtant, c’est une capitulation devant une poignée de sales types.

Écrit par : Guillaume | 22/03/2007

Je suis un homme, mais je ne trouve pas du tout que ce soit anti démocratique, ni que ce soit une sorte d'apartheid. De bien grands mots, qu'on devrait éviter de brandir ainsi à tout bout de champ.

Les femmes qui veulent emprunter ces taxis ou ces wagons de métro le font parce qu'ainsi elles se sentent à l'aise, et c'est très bien. Celles qui auront envie de mixité utiliseront d'autres taxis, d'autres wagons, cela ne fera pas d'elles des dames aux moeurs légères.

Pour ma part, je me sens mal à l'aise dans certains quartiers homos de grandes villes : je vais d'oeillades en sourires charmeurs, jusqu'à la main aux fesses parfois. Que je plaise aux homos, c'est très bien, mais je n'en suis pas un. Alors comme c'est pénible, je ne vais plus dans ces quartiers. Ce n'est pas de la ségrégation : j'ai envie d'être tranquille. Et je comprends que des femmes puissent avoir envie, elles aussi, d'être tranquille parfois, juste quand elles en ont envie.

Écrit par : tokolosh | 23/03/2007

@Guillaume.
Effectivement, j'aurais dû écrire "la majorité des commentaires sont masculins".
Quant à savoir la proportion hommes / femmes des commentaires de ce blog, je n'en est pas la moindre idée. Quelqu'un veut relever le défi ?

Écrit par : L'Indépendante | 23/03/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu