Avertir le modérateur

21/03/2007

Menaces sur le Gange

« Le Gange est en train de mourir », s’alerte mercredi le Times of India. À l’origine de cette inquiétude : un rapport publié par le Fonds mondial pour la nature (WWF). L’organisation vient d’établir une liste des dix fleuves menacés par le réchauffement climatique dans le monde. Cinq sont en Asie.

 

La pollution, le pompage excessif de l’eau, la mauvaise planification et la protection inadaptée des zones naturelles menacent de mettre complètement à sec ce fleuve mythique qui fait vivre un habitant sur 12 sur la planète !

 

medium_Gange_propre_small.jpg

Autre défi : le réchauffement climatique. « L’eau en provenance des glaciers himalayens représente 30 à 40 % de l’eau du Gange. Dans le cas de l’Indus, ce chiffre monte jusqu’à 70-80 %. Il faut donc étudier l’impact de la fonte des glaces sur ses fleuves », explique Sejal Worah, l’un des directeurs de WWF.

 

Le Gange est l’un des sept fleuves sacrés du pays. « De sa source à la mer, des temps anciens à aujourd’hui, le Gange est l’histoire de la civilisation indienne », avait l’habitude de dire Nehru, père de l’indépendance indienne.



medium_kumbh_mela_small.jpg

Tout au long de ses 3.000 km, les Hindous se lavent dans le Gange. Une immersion censée laver le croyant de ses pêchés. Il est aussi le théâtre de nombreuses cérémonies mortuaires : la dispersion des cendres dans le fleuve apporte une meilleure vie future.

 

Elle permet parfois d’atteindre plus tôt la moksha (la délivrance, en sanskrit), c'est-à-dire la libération finale de l’âme individuelle. Plusieurs sites sacrés hindous se trouvent ainsi le long des rives du Gange, comme Haridwar et Varanasi (Bénarès).



medium_varnasi-burning_small.jpg

Chaque jour, le Gange reçoit en moyenne les restes de quelque 475 cadavres humains ainsi que les 1.800 tonnes de bois utilisées pour les crémations. A cela viennent s’ajouter les 10.000 carcasses d'animaux qui y sont abandonnées.

 

 

Et comme si ce n’était pas suffisant, New Delhi déverse quotidiennement dans la Yamuna, l’un des affluents du Gange, 250 millions de litres d'eaux usées et 20 millions de litres de déchets industriels qui finiront par se déverser dans le fleuve sacré.

Le Gange possède cependant d’étonnantes capacités d'autodépollution : il profite en fait d'une oxygénation dix à vingt fois supérieure à n'importe quel autre cours d'eau dans le monde. Il élimine ainsi quelque 80 % de la pollution organique en 2 km et 30 minutes grâce aux bactéries. Mais aujourd’hui, ses capacités naturelles sont insuffisantes.

La préservation de ce fleuve sacré est l’une des préoccupations principales des autorités indiennes. En 1985, il a été proclamé « héritage national » et une Autorité centrale du Gange a été fondée. Diverses méthodes ont alors été mises en place pour aider à sa dépollution : installation de stations d’épuration et leur raccordement à des centaines de kilomètres d’égouts, construction de milliers de toilettes publiques et de crématoires électriques. Mais ces installations ne sont guère utilisées.

 

Ces dernières années, le gouvernement a procédé à des lâchers de milliers de tortues nécrophages afin qu’elles puissent dévorer les cadavres insuffisamment brûlés. Mais les reptiles ont été capturés et consommés par les riverains !

Commentaires

Merci.
Comme d'habitude, chronique très intéressante aujourd'hui encore, et au coeur même de l'actualité.

Une question toutefois : j'aimerais avoir des précisions ou des références - sur un blog qui a la vertu de ne pourtant pas en manquer - sur le paragraphe le plus étonnant à mes yeux, celui sur l'autodépollution, l'oxygénation et l'élimination de la pollution organique.
Merci d'avance.

Écrit par : Shakar B | 21/03/2007

@Shakar B.
Sur le sujet, lire ce texte de Bernard Werber
http://www.esraonline.com/index.php?pagination=view_article&id=218

Écrit par : L'Indépendante | 21/03/2007

Bonjour Madame, ou Mademoiselle,

Je suis en train de terminer mon second livre sur l'Inde, à paraître en octobre. Un tiers sera consacré à Varanasi. Ayant une alerte google pour Bénarès, je découvre votre blog ce matin et le trouve passionnant. Bravo et merci. J'aimerais vous faire découvrir mes travaux et établir un échange plus direct, mais il n'y a pas d'adresse @mail de contact indiquée, c'est pourquoi je m'adresse à vous via cet espace commentaires. Vous pouvez découvrir quelques-uns de mes travaux sur ce lien menant à mon nouveau site. Cliquez sur l'image avec la jeune fille dans la mer pour ouvrir le site.

http://www.o-cantinho-do-joao.net/xavier/index.htm

Deux dossiers sont consacrés à l'Inde : "India Holy Song", titre de mon précédent ouvrage, et "Varanasi, India Soul"

Cordialement,

Xavier

XAVIER ZIMBARDO
+33 (0)6 83 55 16 65
Photographe - Membre du Conseil d'Administration
de l'UPC (Union des Photographes Createurs)
www.xavierzimbardo.com
Directeur Artistique de PHOTSOC
Festival International de la
Photographie Sociale
www.photsoc.info

"Les Beaux Secrets"
10 rue de l'Eglise
F-95200 Sarcelles
skype : xzangelo
xzangelo@aol.com

Écrit par : Xavier Zimbardo | 29/03/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu