La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

21/05/2007

Bye Bye India (et à bientôt ?)

Il fait froid. Les nuages sont bas. Les gens, pressés. Pas de sourire, pas de couleur. Les routes sont lisses, les voitures roulent au pas. Quel est ce rêve étrange ?

 

Je me frotte les yeux. Rien à faire. Les 35 degrés humides et gras de Pondichéry ont disparu. Remplacés par un petit 19.

 

Soudain, le Stade de France apparaît sur ma gauche. Le Stade de France ??? Des bribes me reviennent en mémoire : l’aéroport de Chennai, les escales - Muscat, Bahreïn. L’arrivée glaciale à Roissy.

 

C’est donc ça : je suis rentrée à Paris. Définitivement ? Quien sabe, comme dirait l’autre. Au moins pour un moment.

Quid de ce blog ? Je n’en sais rien. (Très) envie de le continuer. Mais comment ? Bientôt en manque de cette relation qui s’est nouée, post après post, avec vous, lecteurs assidus ou visiteurs de passage.

 

Vous étiez plus de 10.000 chaque mois à m’accompagner. À partager mes découvertes. À appréhender ce pays fascinant, déroutant, parfois énervant. Je vous dois beaucoup. Merci.

 

Bye bye India (et à bientôt ?)

 

medium_dernière_photo_small.jpg

18:30 Publié dans Anecdotes | Lien permanent | Commentaires (24)

Commentaires

vous êtes rentrée, comme c'est dommage.
j'ai suivi votre blog avec tellement de plaisir.

bientôt je serai en Inde et, à Pondichéry, j'aurai une pensée pour vous.

j'espère que vous continuerez à écrire.

amicalement

Écrit par : céleste | 21/05/2007

Ah merde. Je reste abonné au fil, fais quand même passer quelqques nouvelles de temps en temps.
Bonne route !

Écrit par : Guillaume | 21/05/2007

Ce n’est pas une fin, c’est un début : il reste encore tellement de pays !
Tu vas voir que, finalement, les 35° qui brûlent les os, on les regrette. On se sent emprisonné dans ses vêtements quand il faut s’habiller même pour dormir. Mais Paris est quand même la plus belle ville du monde, pleine de musées, de jolies filles (ou de jolis garçons, je suppose), de bibliothèques, de gens différents et souvent accessibles… Je suppose que traverser la rue à Pondichéry était pour toi une aventure comme pour moi traverser la rue à Dakar, mais il ne faut pas croire pour autant qu’il n’y ait aucun intérêt à vivre à Paris… C’est probablement complémentaire : il est bon d’aller voir comment vivent les autres, mais les relations humaines sont à mon avis beaucoup moins profondes dans un pays dans lequel on sera toujours un étranger. Même les Français que j’ai connus en Afrique et qui y étaient depuis les années 50 y étaient encore des étrangers… On n’échappe pas à ses origines (et je n’en verrais pas l’intérêt), ce qui est intéressant et bon est d’accepter celles des autres et de leur faire accepter les siennes. Et ton blog fut utile en ce sens à destination des Français, et ta présence prolongée et active utile en ce sens à destination des Indiens !
Mon remède anti-blues : un chocolat chaud le soir, près de la Sorbonne, avec deux ou trois copains et copines. Et vite repartir, pour ne pas répéter indéfiniment les mêmes anecdotes à ses amis, en s’y enlisant.
Merci à toi d’avoir tenu ce blog avec des yeux de « béotienne de bonne volonté », sans ennuyer ni par des considérations qui nous auraient dépassées ni par un côté guimauve. Et bon tout pour toujours !

Écrit par : L'autre Guillaume, celui qui fait des commentaires longs ! | 21/05/2007

Je lis ce blog régulièrement depuis (trop) peu de temps, et j'y ai pris beaucoup de plaisir. Merci pour ces bon moments. Est-ce qu'on se tutoie ou on se vouvoie ? En tout cas j'espère pouvoir te lire à nouveau, ici ou ailleurs.

Écrit par : ju... | 22/05/2007

Bravo Pour ton blog.
Que j'ai suivi depuis 4mois.
Il m'a permis de comprendre un peu l'ame de ce pays continent q'est l'Inde.
Je pense que cela pourrait être intéressant comme l'écrit l'un des précédents blogger que tu fasse une version anglais à destination de nos amis indiens (ponditchéry girl in Paris) où tu donnerais tes impressions sur la vie française et la vision des français sur l'inde.

Autrement si tu veux faire des rencontres sur Paris va sur ce site www.sortirsurparis.net. Je ne t'en dis pas plus à toi de découvrir.

Bonne continuation

Écrit par : Olivier | 22/05/2007

hihhihi, on te voit dans le rétro!! C'est pas trop tôt, ton retour ! Je suis même prête à me joindre à vous pour le Mcdo métro Cadet.
Bises, à jeudi !

Écrit par : Mademoiselle M | 22/05/2007

Déjà?
Oh non!
Moi qui n'arrêtais pas de parler de votre blog autour de moi!
Merci pour tout, j'ai énormément appris grâce à vous.
Et ce fut des plus passionants!

Bon vent!

A.

Écrit par : Adrienhb | 22/05/2007

Ah ben non alors !!!!!
Il était trop top ce blog. Je travaille depuis la france avec des indiens (plutot du côté de New Dehli) et je dois dire que j'étais friand de tout ce que tu nous racontais sur ce peuple et ce pays envoutants. Je ne te souhaite pas de repartir très vite car quelque part au fond de toi, tu dois tout de même être contente de rentrer et de retrouver ton "monde" (et puis cela doit faire plaisir à ton entourage de te revoir). Mais de repartir bientot, cela oui, je te le souhaite. Et une promesse. Rien qu'une : continues à nous tenir au courant de tes pérégrinations, de tes impressions (même sur la vie francaise après ton dépaysement). Cela nous fait passer de si bons moments !
Merci pour tout, tout plein de bonnes choses pour toi et A TRES VITE !

Écrit par : bruno | 22/05/2007

Juste un petit mot d'encouragement pour reprendre la vie française . Ce blog me manquera car il était un bon moyen de commencer un apprentissage de l'Inde . Merci pour tous ces moments partagés .
Il y a une vie après l'expat... même si les amis qui sont restés en France semblent n'avoir pas vécu grand chose entre temps et peuvent être un peu jaloux de ce grand bol d'air que l'on apporte .
Bon courage .

Écrit par : maurice | 22/05/2007

Sans vouloir polémiquer mon cher Maurice, la vie d' "expat" ne fait pas forcément rêver les "impats" : la plupart ne s'intéressent à nos histoires (souvent poussives) que par politesse. Je déteste d'ailleurs cette expression d' "expat", de même que les réunions d' "expats" qui se finissent toujours dans les blagues douteuses, les sous-entendus foireux et les commentaires condescendants vis à vis de nos hotes. Si faire des jaloux est le but du voyage, ou même la consolation du retour, franchement de mon point de vue c'est un peu être à côté de la plaque. Je crois qu'il faut un minimum déromantiser le voyage à l'étranger : quand je traverse la rue à Pékin, au delà peut-être des trois ou quatre premières fois, ça a plus rien du tout d'une aventure.

Écrit par : Guillaume (celui des commentaires courts, en général) | 23/05/2007

Je pense et j'espère qu'elle reviendra à Pondichéry très vite...

... enfin je dis ça je dis rien...

Écrit par : Mister D. | 23/05/2007

Je pense et j'espère qu'elle reviendra à Pondichéry très vite...

... enfin je dis ça je dis rien...

Écrit par : Mister D. | 23/05/2007

Au Guillaume des commentaires courts : mais si, mais si, pour moi traverser la rue fut une aventure jusqu’au dernier jour, bien que j’y sois resté plus de six mois. Si on se lasse en six mois des rues étrangères, comment supporter les rues françaises que nous connaissons depuis des décennies ? Il faut peut-être être dans un certain état d’esprit pour continuer à s’amuser, s’étonner ou s’énerver, je n’ai pas fait d’effort pour me mettre dans cet état d’esprit mais je suis bien content que ma nature m’y mette spontanément. Bien sûr qu’on peut tout vivre sans accorder d’attention à ce qui est autour, mais ça vaut la peine de sourire ou de découvrir !

Par contre, je suis d’accord avec toi sur le fait que tout le monde ne rêve pas d’expatriation, et il est vrai que souvent notre récit ne communique pas aux sédentaires les émotions qui nous ont agité en telle circonstance. Il est vrai aussi que les expats (moi j’aime bien ce mot) ne sont pas tous sympathiques, très loin de là, mais dans ce groupe humain comme dans tous les autres, nous restons libres de nos fréquentations ! Si tes amis sont habitués des « blagues douteuses, des sous-entendus foireux et des commentaires condescendants vis-à-vis de nos hôtes »… change d’amis. Je te garantis qu’il existe des expats très sympathiques. Et si tes histoires sont « poussives »… change d’histoires. Je pense qu’il vaut mieux concentrer son énergie sur la recherche du bonheur que sur la confirmation de la lassitude. Au fond, la vie de tous les jours est intéressante ; le contexte étranger ne crée pas l’intérêt, il lui donne seulement sa couleur.

Écrit par : Guillaume (... des commentaires longs, comme vous le voyez) | 24/05/2007

http://www.paroles.net/chansons/15024.htm

Je ne vois pas vraiment l'aventure que tu mets dans la banalité des choses qui te paraissent étranges parce qu'elles sont étrangères : énormément de choses me font sourire ou m'étonnent ici, mais de là à qualifier ça d'aventure, je ne m'y risquerai pas. Nous avons donc un désaccord de type sémantique. Traverser la rue en Aveyron ou en Chine, pour moi c'est du pareil au même, la seule différence est ce que j'ai à faire de l'autre côté de cette rue. En ça je rejoins complètement Brassens, que tu rejoins aussi par un autre côté. Il n'y a pas besoin d'«aventure» (souvent seulement fantasmée) pour vivre des choses enrichissantes. Sur le fait d'être un étranger permanent du fait de la couleur de peau, par exemple, je suis d'accord. Et ça change nécessairement le contexte. Mais il y a des millions de gens qui vivent ça en France, et je les connaissais assez bien avant de partir moi-même ailleurs pour savoir l'effet que ça fait.

Pour les «expats», grâce au ciel, j'en cotoie très peu. Mes amis ici sont chinois. En ça ta réponse me semble typique mais je n'ai peut-être pas bien compris : a priori pour toi j'ai un groupe d'amis «expats», comme si tu n'avais pas envisagé que je n'en ai pas, et comme ils me rendent aigris, ils me faut en changer pour me faire d'autres amis «expats». Or je fuis comme la peste ce «groupe humain» empli d'étudiants qui se la pètent et d'ingénieurs qui ne pensent qu'au fric. Le fait que je sois en Chine joue probablement : pas forcément les mêmes types de gens qui viennent ici ou vont à Dakar. Ici c'est souvent dans une optique carriériste. Par ailleurs, le Sénégal est francophone, et je ne suis pas sur que dans un pays ou les «expats» sont isolés par la langue ils ont le même rapport aux autochtones. Enfin bref y'aurait toute une sociologie à faire sur les «expats», c'est pas trop le lieu.

Écrit par : Guillaume (qui fait de plus en plus long) | 24/05/2007

D’abord, merci pour le lien vers la chanson de Brassens que je ne connaissais pas et que je trouve très jolie (sans que ce soit mon portrait).

D’accord sur la nature sémantique du désaccord : en effet, par « aventure », je ne vise pas ce qui se fait avec un déguisement d’explorateur dans les films avec Harrison Ford, mais plus modestement tout ce qui met sur mon visage une expression autre que l’air neutre que j’affiche, comme tout le monde, en faisant la vaisselle ou en pliant mes chaussettes. Ce qui te fait sourire ou t’étonne mais que tu te refuses à qualifier d’ « aventure », c’est précisément ce que moi j’appelle « aventure ». L’aventure, c’est plus le petit sourire de tous les jours que l’excitation ou la terreur comme on n’en connaît que deux ou trois dans une vie. Quand tu dis que traverser la rue en Aveyron ou en Chine pour toi c’est du pareil au même, je te réponds que ça peut être une aventure dans les deux cas ! D’autant que je ne connais pas plus l’Aveyron que la Chine, d’ailleurs.

Je ne pense pas qu’on puisse transposer sans d’énormes réserves la vie d’un étranger en France et celle d’un étranger en Afrique (le Sénégal étant le seul pays non européen dont j’aie une expérience plus profonde que touristique, je ne parle pas des autres pays ou continents). Moi aussi j’ai fréquenté des étrangers en France ! Et quand j’étais en Afrique, j’envoyais de longs récits à mes amis vivant en France et ceux qui sont algériens, polonais, rwandais, grecs ou… sénégalais étaient aussi dépaysés que moi. L’expérience des Français au Sénégal n’a pas grand-chose de comparable avec celle des Sénégalais en France, ni même avec celle des Sénégalais au Sénégal. Mon ami sénégalais sur place trouvait très exotique que je l’emmène dans un restaurant sénégalais, il n’y va jamais, selon le même principe qui veut que beaucoup de Parisiens ne visitent pas la Tour Eiffel. Et c’est là le côté souriant et superficiel des différences, mais certaines sont beaucoup moins souriantes et au Sénégal ce n’est pas toujours le Blanc qui s’en sort le plus facilement. Je sais que les étrangers connaissent aussi parfois des situations difficiles en France, mais beaucoup de ces situations différent de celles que j’ai connu au Sénégal. Peu de discriminations professionnelles au Sénégal, pas de discrimination pour le logement, mais en France peu de gens qu’on siffle dans la rue, qu’on désigne par leur couleur ou qu’on pointe au fusil-mitrailleur, comme ça m’est arrivé là-bas.

C’est parce que tu dis savoir comment se finissent « toujours » les « réunions d’expats » que j’ai supposé que tu en avais une longue expérience, qui ne serait pas incompatible avec la fréquentation des Chinois. Et je t’invitais donc à changer la partie « expat » de tes relations, ce qui n’était pas non plus incompatible avec la fréquentation des Chinois !

Il est certain que les expats ne sont pas les mêmes à Dakar et en Chine. Les Français de moins de 30 ans à Dakar sont presque tous humanitaires, sauf les enfants d’expats… et moi, qui avais un tout petit boulot payé 388 euros sans aucun avantage. A peu près aucun expatrié entre 30 et 50 ans (sauf les militaires français, mais on les voit peu), et au-delà de 50 ans ils sont tous numéro deux dans leur boîte, avec de préférence un solide passé militaire. Et même purs civils, tous les plus de 50 ans sont armés et c’est justifié.
J’ai l’impression que tu mets un point d’honneur à fuir les expats. Tu en donnes les raisons, mais je suppose qu’il y a aussi à Pékin quelques Français qui ont suivi sans ambition financière une douce Pékinoise, comme je tente désespérément de rejoindre à Shanghaï la Shanghaïenne de ma vie. D’ailleurs à ce sujet, si tu as une piste, dans le domaine juridique…
Et pour ce qui est de ne penser qu’au fric, les Chinois ne sont pas à l’abri ! J’ai vécu avec une Chinoise (la Shanghaïenne sus-évoquée) et toutes les conversations de Chinois en France concernaient l’argent. Mais il est vrai qu’ils sont peut-être, en même temps, restés en contact avec la culture traditionnelle de leur pays plus que beaucoup de jeunes Français diplômés qui ne connaissent rien de la France. Les Chinois citent plus souvent le Li Ji que les Français Montaigne. Et leur obsession de l’argent est aussi mieux justifiée par la persistance de la solidarité familiale et le caractère expérimental de la protection sociale.


Je viens de relire mon message et je me dis que nous sommes bien loin de Marianne et de Pondichéry, comme tu le remarquais déjà dans ton dernier envoi. Mais je vais le poster quand même, car je pense qu’elle n’est pas fâchée de provoquer des débats qui, inévitablement, s’éloignent de son blog strictement entendu. D’ailleurs, où est-elle, Marianne ? Bien silencieuse !

Écrit par : Guillaume (qui maintient la différence de longueur ! Il va falloir allonger l'écran...) | 26/05/2007

Je suis ravie de te voir revenir et j'étais ravie de te savoir loin et heureuse.

A très vite en direct !!!!

énormes bisous

Écrit par : Power Prune | 26/05/2007

Non ne t'arrête pas continu ce blog il a de l'originalité et de la personnalité. Je sais ce que c'est les retours c'est dur surtout si on est parti depuis longtemps.
Alors petite Marianne reprend tes esprit, assimile ce voyage et refait nous tes numéros de pertinence.

Bon courage;)

Écrit par : youri | 29/05/2007

Bonjour et merci pour tous vos commentaires, gentils messages et autres mots de soutien. Je suis contente de vous avoir ! Je réfléchis à comment poursuivre ce blog. Depuis Paris. Loin de Pondi. Je vous tiens bien sûr au courant. Et en attendant, continuez les débats !
A très vite,

Marianne

Écrit par : Marianne | 29/05/2007

Oh ! Comme je connais bien cette sensation du retour dans la ville grise et monotone où tout glisse sans relief : 2 fois par an, cela m'arrive, et je tiens grâce à l'idée du voyage (au Tamil Nadu) suivant !
Courage Marianne ! Je me suis régalé de ton blog pendant longtemps, et entre 2 voyages, justement, cela m'a aidé à tenir le coup. J'ai adoré tes investigations journalistiques qui sont les meilleurs reflêts de l'inde que je connaisse.
Bravo, et je suis triste de te perdre. Quand y retournes-tu ?!? Quand nous retournes-tu ?
Ce qui compte maintenant, c'est le sédiment de l'expérience...

Écrit par : Olivier | 30/05/2007

Comment poursuivre le blog nous demande Marianne. Et bien entre deux voyages elle devrait aller rencontrer chaque crapule (je plaisante) qui a écrit un message ici pour lui faire un portrait.
Sinon je crois qu'elle saura faire des investigations intéressante là où elle est .

Bonne journée;)

Écrit par : youri | 31/05/2007

C'est souvent lorsque les choses se terminent que l'on se rend compte de l'attachement qu'on avait pour elles... Ce que tu as fait est bien plus qu'un blog : Je me sens presque proche de l'Inde et mystérieusement proche de toi. Ca fait du bien. Bravo et merci.

Écrit par : bruno | 21/06/2007

Je suis ravie d'avoir atterri ici! Je vais me régaler avec tous ces comptes-rendus sur l'Inde!
Excellente continuation ;)

Lili K.

Écrit par : Lili Kawaii | 07/09/2007

Ce n'est pas forcément une fin non... mais le début d'une autre aventure sans doute. Comment pourrait-on oublier le temps passé dans un tel pays alors même que le temps là bas n'a pas la même signification?
Après un séjour en Inde il y a quelques années j'en garde des souvenirs bien vivaces et inoubliables que j'ai souhaité faire partager à d'autres en m'inscrivant sur le site de voyage TRIVAGO. Et je me suis pris au jeu de raconter tout cela en rédigeant des opinions, en insérant des liens ou en cherchant des infos sur le net pour les autres membres du site. C'est ce que je conseillerais à celles et ceux qui passent ici lire ces pages magnifiques, qu'ils soinet à la recherche de témoignages de voyageurs ou d'informations plus pragmatiques c'est devenu depuis son ouverture une mine non négligeable d'informations.
Bon courage pour la suite des aventures en espérant qu'il y en ait bien d'autres...

Écrit par : chris | 26/11/2007

c'est un regal de vous lire

Écrit par : atp | 13/10/2010

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu