Avertir le modérateur

22/01/2007

Le voyage astral de Saddam

« Où est l’âme de Saddam ? », s’interroge le Deccan Chronicle, près d’un mois après la pendaison de l’ancien raïs. Pour répondre à cette question, le quotidien a fait appel à Veenu Sandal, journaliste et astrologue de renom en Inde. Et cette manchette prometteuse : « Veenu Sandal a suivi pour nous l’âme de Saddam Hussein dans le monde astral. »

L’article commence par les interrogations de rigueur : « Saddam Hussein est-il devenu un fantôme qui vient hanter ceux qui l’ont tué ? Sa présence étant désormais indétectable, même par les gadgets de sécurité les plus sophistiqués, va-t-il aller à la Maison-Blanche ou rendre visite au président Bush dans son ranch texan ? Est-il allé au paradis pour avoir donné sa vie à son pays ou est-il en train de souffrir pour toutes les souffrances dont on dit qu’il est responsable ? »

medium_saddam_une_journal_small.JPG

S’en suit une longue explication des différents scénarii post-mortem. « Quand une personne meurt, l’âme, accompagnée par des messagers du Dieu de la Mort et ses proches disparus, se dirige vers le monde astral », explique l’astrologue.

Oui, mais voilà, « certaines fois, l’âme ne quitte pas la terre et devient un fantôme ». Là, plusieurs cas de figure : soit l’âme se transforme en fantôme errant. Et ce, parce qu’il y a eu « une défaillance au cours de la cérémonie mortuaire ». Soit, l’âme devient un fantôme parce qu’elle « n’a pas assez de force pour embarquer à bord de son voyage astral ». Dans le cas d’une maladie, par exemple.

Autre possibilité : l’âme devient un fantôme parce qu’elle ne veut pas quitter la terre et que personne ne peut la forcer. Ou encore parce qu’elle a quelque chose à accomplir avant de rejoindre les astres. Et l’astrologue de poursuivre très sérieusement : « Par exemple, chez moi, j’ai deux fantômes. Le premier, un prêtre de son vivant, était là bien avant que la maison ne soit construite. Quand il passe, un parfum exquis envahit la pièce. »

À quelle catégorie appartient donc Saddam ?

Après de longues explications sur le pourquoi du comment Saddam est mort - avec un passage inquiétant sur le thème du «Si Bush et Blair se sont trompés en envahissant l’Irak, pourquoi Saddam n’aurait-il pas eu le droit de se tromper aussi ?» - Veenu Sandal arrive à trois certitudes :

• « Son âme n’est ni au paradis ni en enfer »
• « À chaque date anniversaire de sa mort, beaucoup de gens verront son fantôme »
• « Son âme connaît en ce moment même un processus intense de purification spirituelle »

Et de conclure : « Ce qui est une bonne chose pour tous. Pour ses sympathisants comme pour ses détracteurs. »

Nous voilà rassurés.

La version de Charlie Hebdo

medium_charlie_hebdo_saddam_small.jpg
(DR/Charlie Hebdo)

10/01/2007

Ces hommes en vert

Pourquoi les autos-rickshaws conduisent-ils vite (donc mal) ? Pourquoi demandent-ils toujours un prix exorbitant pour parcourir trois rues ?

medium_rik_small.JPG

Récemment, j’ai trouvé la réponse : la plupart des conducteurs d’autos-rickshaws ne sont pas propriétaires de leur véhicule. Le tuk-tuk se loue autour de 100 roupies la journée (1,70 €). Sachant que le tarif moyen d’une course dans Pondichéry est de quelques roupies pour un Indien et d’environ 20 roupies pour un étranger, les conducteurs doivent aller vite et embarquer beaucoup de passagers s’ils veulent s’en sortir.

medium_hommes_en_kaki_small.JPG Ce secteur est aujourd’hui en crise : trop d’autos-rickshaws et pas assez de passagers. Un phénomène renforcé par le développement hallucinant des mobylettes et autres deux roues ces dernières années. Résultat : l’occupation principale des hommes en vert est devenue…l’attente !



Le mois dernier, plusieurs grèves ont été organisées dans tout le pays. Entre autres demandes, la répercussion de la baisse du prix du baril de brut à la pompe. Mais le gouvernement poursuit un autre objectif : faire diminuer le nombre de ces engins dans les villes indiennes. À Calcutta, les rickshaw à pied, encore moins bien payés que leurs confrères, ont d’ores et déjà été interdits.

medium_rik_old_school.JPG

08/01/2007

Un éléphant qui se balançait...

Lakshmi, dernier éléphant de Pondichéry. Plus déesse qu'homme de fer : dans la religion hindoue, Lakshmi incarne en effet la beauté, la lumière, la santé et la bonne fortune. Pas moins.

Du haut de ses deux tonnes, le pachyderme accompagne les rituels hindous dans les temples de Pondi depuis 1998. Mieux, Lakshmi attire la bienveillance des dieux sur tous les visiteurs qui s’acquittent de la modique somme de deux roupies - 0,03 euros.


Mais pour être sûr de voir exaucer ses voeux, mieux vaut doubler la mise et ajouter quelques offrandes (fleurs, huiles, etc). Seule consigne : éviter les bananes et les noix de coco. L'éléphant suit un régime très strict à base de feuilles de cocotiers et de pongal (riz aux épices).

D’un geste plus ou moins maîtrisé, elle dépose sa trompe sur la tête du croyant. Ou du touriste. Sous le regard attentif de Sendhil, son cornac, qui lui parle en malayam, la langue de son Kérala natal.

Pour Lakshmi, la retraite n'est pas d'actualité : l’éléphante sacrée est sous contrat pour 70 ans !

29/12/2006

Warm welcome

Depuis ce matin, la "white town" - la partie 'coloniale' de Pondi - est en effervescence. Ici, les balayeuses, habillés de leurs traditionnels tabliers verts, semblent être dix fois plus nombreuses qu'à l'accoutumée. Et chacune d'agiter son balai de paille sur chaque centimètre de bitume.
medium_menage_small.JPG
, ces hommes qui repeignent à la hâte les barrières qui entourent la place du Gouvernement.
medium_peinture_small.JPG
Ailleurs, les policiers qui, avec leurs beaux képis rouges hérités de l'époque française, peaufinent les derniers détails de leur stratégie.
medium_cops_small.JPG
Plus loin, des dizaines de barrages. Destinés à réduire la vitesse et à contrôler les passages.
medium_barriere_small.JPG
Pourquoi tant de remue-ménage ? Shri Bhairon Singh Shekhawat est en visite officielle demain à Pondi. Et quand il s'agit d'accueillir le vice-président de la République indienne, les autorités locales font les choses en grand.
medium_welcome_small.JPG
L'homme, issu d'une famille d'agriculteurs du Rajasthan, est très apprécié des Indiens, notamment pour les programmes de développement qu'il a mis en place à travers tout le pays. Pour en savoir plus, voir son site Internet.

05/12/2006

My taylor is rich !

Rappelez-vous, premier cours d'anglais, premiers tâtonnements. Premières phrases. Et toute une classe de 6ème qui répète en choeur : "My taylor is rich". Une phrase que je n'avais jamais plus prononcé depuis et qui prend tout son sens en Inde, 14 ans plus tard. Mon tailleur c'est Arul, un chrétien de Pondichéry. Et il est (presque) riche depuis que Mister D. lui ramène des clients. Saris, sacs, pantalons en soie, tuniques en coton, chemises brodées...aller, si vous venez dans le coin, je vous le présenterai. Peut-être.
medium_taylor.JPG
L'info du jour : l'Inde sauve l'honneur aux jeux asiatiques, qui viennent de se terminer à Doha, en battant la Chine aux...échecs ! C'est tout de même une belle médaille d'or.

01/12/2006

Welcome Bill !

Bill Clinton est à Pondi. Il aurait pu me prévenir, le bougre, j’aurais au moins sorti mon plus beau sari. Par cette visite, l’ancien président américain achève la mission onusienne qui lui a été confiée il y a deux ans : envoyé spécial pour la reconstruction des pays ravagés par le Tsunami. En Inde, plus de 11.000 personnes sont mortes le 26 décembre 2004. Au programme de Bill Clinton et de la clique médiatique qui l'accompagne : la visite des installations construites pour les pêcheurs de Cuddalore. Le voyage de l'ancien président se poursuit demain à Phuket, en Thaïlande.
Autre actualité de la journée en Inde : les violents affrontements entre policiers et dalits (les Indiens issus des basses castes, littéralement "les opprimés") dans l'Etat du Maharashtra. Au moins quatre personnes ont été tuées. A l'origine de la colère des manifestants : la profanation de la statue d'Ambedkar, à Kanpur, dans le nord du pays. Issu de la caste des intouchables, le docteur Ambedkar fut à l'origine d'un vaste mouvement de désobéissance civile pour faire valoir leurs droits.

Retrouvez toutes mes photos en cliquant à droite sur l'écran FlickR.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu