Avertir le modérateur

12/01/2007

Le temple du Shiva dansant

Pour accompagner cette note, écoutez Maya de Susheela Raman


Chidambaram, 70 km au sud de Pondichéry. Une ville construite autour du temple du Shiva Nataraja. Littéralement, « Shiva, le danseur cosmique ». Il y a plus de 15 siècles, un roi lépreux se baigna dans un étang dédié à Shiva et en ressortit guéri. On décida alors de construire un temple en l’honneur de cette divinité. Il est aujourd’hui l’un des cinq sanctuaires sacrés de Shiva en Inde du Sud.

medium_Nataraja_small.jpg
Shiva représente l’énergie universelle et éternelle. Sa danse continue engendre la succession des jours et des nuits, le cycle des saisons et celui de la vie et la mort. Son énergie provoque la destruction de l’univers et sa renaissance.


Au temple de Chidambaram, les 108 positions de cette danse cosmique sont sculptées dans la pierre. De ces positions est né le Bharatanatyam, la danse sacrée du Tamil Nadu.

medium_temple_small.2.JPG

Pénétrer dans le temple de Chidambaram relève d’une expérience mystique certaine. Un parcours initiatique au son des flûtes et des tambours qui résonnent dans les allées de pierre. Les fidèles se pressent, les bras chargés d’offrandes. Tous attendent le moment où les brahmanes - à demi nus, front rasé, cheveux ramenés sur l’arrière de la tête - ouvriront les portes argentées du sanctuaire central, laissant apercevoir la statue du Shiva Nataraja. Le moment où jamais de formuler ses prières.

02/01/2007

Let's dance ! (II)

medium_seule_small.JPG Le port de Mamallapuram, situé à 100 kilomètres au nord de Pondichéry, accueille chaque année un festival de danses traditionnelles d'Inde du Sud. Les meilleures troupes de la région évoluent sur scène avec, en toile de fond, les sculptures de l'Ascèse d'Arjuna.
medium_ascese_musique_small.JPG




Chef d'oeuvre de l'art indien du haut Moyen Âge, l'Ascèse d'Arjuna, également appelé Descence du Gange, domine le village de Mamallupuram avec ses 27 mètres de long et 9 mètres de haut. Il illustre un épisode du Mahâbhârata, une épopée de la mythologie hindoue racontée en plus de 120.000 strophes et 250.000 vers. Ce plus grand poème jamais composé raconte les épreuves subies par les cinq frères Pândava et les Kaurava - deux familles royales - pour la conquête du pays des Arya, au nord du Gange.
Samedi 30 décembre, c'était au tour de la célèbre troupe Sheela Unnikrishnan de se produire devant un public conquis.
medium_plusieurs_mains_small.JPG
Pendant plus d'une heure, les danseuses exécutent les pas du bharatanatyam, littéralement, la "danse de l'Inde". Le corps, le visage et les yeux expriment toute la palette des émotions humaines. A l'image des films tamouls, grimaces et autres clins d'oeil sont au rendez-vous.
medium_visage_small.2.JPG
medium_krish_small.JPG Krishna, interprété par cette petite fille, fait partie des différents tableaux. Dans l'histoire du Mahâbhârata, il est celui qui assiste les cinq frères Pândava en tant que conducteur de char.
Voir des extraits.

18/12/2006

Let's dance !

Dans la série "l'Inde et ses contrastes", en voici un nouveau : les clips de musique tamoule. Ici, un clip tourné dans les rues de Pondi.
medium_boyband_small.JPG
Dans les rues du Tamil Nadu, les femmes sont, pour la plupart, parées des plus belles couleurs de leurs saris. Seuls leurs avant-bras et une partie de leurs hanches sont découverts. Les couples ne se tiennent pas la main. Et ne s'embrassent jamais.
Dans les clips télé diffusés en boucle sur les chaînes tamoules, on croit halluciner tellement le contraste est...saisissant. Les saris se sont transformés en mini-top et jupe sexy. Et avec les chorégraphies souvent pensées pour être réalisées dans l'eau, l'effet t-shirt mouillé est garanti. Acteurs et actrices ne semblent avoir qu'un seul mot d'ordre : séduction. Et pour ce faire, tout y passe : clins d'oeil osés, gros plans sexy, collé-serré. Le zouk love n'a rien a envié à certaines chorégraphies tamoules.
Le clip devient le lieu du "tout est permis". Un peu comme si toute la frustration - sexuelle ? - des Indiens se trouvait subitement libérée. Récemment, un avocat de Dehli a porté plainte pour diffusion d'images à caractère pornographique. L'Inde dans tous ses contrastes.
Pour les curieux, le clip du film Saamy, avec Trisha, l'actrice fétiche de Mister D.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu